Caly Poly dans une de ses études menées aux Etats-Unis a annoncé que les femmes étaient plus compétentes dans l’écriture du code par rapport aux hommes. Des provenant de millions d’utilisateurs du logiciel Git hub ont pu permettre de mettre à jour cette étude.

Les avantages des « pull request » faites par les femmes

Même si cette étude reste encore en cours de révision, on a pu constater en fait que les « pulls request » ainsi que des suggestions de modifications sur le code d’un logiciel (souvent open source), les  provenant des femmes sont plus sujettes à être accepté que celui des hommes.

En effet, d’après la statistique 78,6 % des « pull request » effectués par des femmes se sont vu être  acceptés, alors que du côté des codeurs, ce taux semble un peu bas et reste à 74,6 %.

Quelles sont les raisons de cette popularité des femmes développeuses ?

On a pu constater qu’en moyenne,  25 % des femmes réussissent à atteindre un taux de 100 % et se voient toute leur suggestion acceptée et pourtant du côté des hommes, un  faible taux de 13,5 % uniquement peuvent revendiquer un tel score.

La question se pose alors de savoir si cette situation est en partie due au sexisme ? Ou bien, il est réellement prouvé que les femmes sont plus meilleures que les hommes dans le domaine du développement et de la programmation.

Une réussite tout court pour les femmes développeuses

Malgré que ne soit clairement confirmé, il a été vu et constaté à plusieurs reprises dans les études menées que lors que les modifications effectuées par les femmes sont plus susceptibles d’être acceptées si elles utilisent des profils sur lesquels le genre est caché. Cela signifie qu’il peut y avoir du sexisme car pour une outsider dont le genre est clairement identifiable, ce taux est de seulement 62,5 % tandis que dans le cas des codeuses exécutant une modification en tant « qu’outsider » sur un projet, c’est-à-dire que les responsables du projet ne les connaissent pas, et qu’elles utilisent des profils sur lesquels le genre n’est pas indiqué, le taux d’acceptation est de 71,8 %.

Un regard sur de telle situation

Les chercheurs s’accordent à énoncer un « sexisme apparent » et expliquent que bien qu’une différence est également constatée chez les hommes, elle est de faible proportionnalité.

 

De ce fait, pour connaitre le genre des utilisateurs qui ont choisi de ne pas l’indiquer sur leurs profils, les chercheurs ont dû analyser ceux-ci pour savoir s’il s’agit d’un homme ou d’une femme, par exemple en recherchant un profil lié à l’adresse e-mail sur les réseaux sociaux.

Pour plus de renseignements et d’informations en continue sur les développeurs et le monde de l’informatique, vous pouvez y accéder en cliquant ici.

 

Les femmes peuvent être fières de leur aptitude

Il est clair que le monde du développement actuel semble être dominé par les femmes en matière de réussite et de succès au niveau du travail accompli.